lundi 31 décembre 2012

Bonne et heureuse année 2013

Une année 2013, qui à tout point de vue, si on se réfère à nos dirigeant, sera pire que 2012 sur le plan économique, donc austérité et hausse d'impôt en perspective.

L'année sera difficile pour beaucoup, alors courage, résignation ou révolution, ce sera à vous de choisir.

A tous et toutes une bonne et heureuse année 2013 ! 

Evariste Zephyrin

samedi 29 décembre 2012

Le Portugal vend ses aéroports!



IRIB- Le gouvernement portugais a cédé, jeudi, le gestionnaire d'aéroports ANA au groupe de BTP français Vinci pour 3,08 milliards d'euros, dépassant ainsi l'objectif de 5,5 milliards visé par l'ensemble du programme de privatisations négocié avec ses créanciers internationaux.l'exécutif "a adopté une résolution qui désigne Vinci Concessions SAS vainqueur pour l'acquisition du capital d'ANA Aéroports du Portugal", a déclaré le porte-parole du gouvernement portugais, Luis Marques Guedes, à l'issue du conseil des ministres qui a duré près de neuf heures.

"La proposition qui l'a emporté s'élève à 3,08 milliards d'euros" et était "la plus élevée financièrement" mais aussi "la plus intéressante au plan stratégique", a précisé la secrétaire d'Etat au Trésor Maria Luis Albuquerque. L'offre de Vinci a supplanté celles du consortium emmené par le groupe allemand Fraport, celui de l'argentin Corporacion América et celui du gestionnaire de l'aéroport de Zurich. Vinci a aussitôt réagi saluant l'acquisition comme "un atout majeur" pour sa stratégie grâce à la "plaque-tournante" que représente l'aéroport de Lisbonne. Désormais, concessionnaire unique, pour 50 ans, des dix aéroports du Portugal, le groupe français était déjà présent dans le pays avec une participation de 37% dans Lusoponte, le gestionnaire du pont Vasco de Gama qui enjambe le Tage à Lisbonne. D'une longueur de 17 km, c'est l'un des plus grands d'Europe.

En échange d'une aide financière de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI), Lisbonne s'est engagé en mai 2011 à mettre en oeuvre un vaste plan de rigueur et de réformes sur trois ans, qui prévoyait la cession de quelque 5,5 milliards d'euros d'actifs publics. "Nous en sommes désormais à 6,4 milliards", s'est félicité Mme Albuquerque, jugeant que cette opération démontrait la capacité du Portugal à "obtenir des recettes importantes et supérieures aux attentes". Contrairement à la Grèce, qui a dû reporter et revoir à la baisse son programme de privatisations, le Portugal enregistre déjà plusieurs succès dans ce domaine.La cession de 95% du capital d'ANA, car les 5% restants seront vendus aux employés, intervient après la vente de participations dans les groupes électriciens EDP et REN à des investisseurs chinois et omanais, qui ont rapporté 3,3 milliards d'euros aux caisses de l'Etat portugais.

Cependant, le gouvernement a essuyé son premier échec la semaine dernière en refusant l'offre du seul candidat en lice pour le rachat de la compagnie aérienne TAP Portugal, le groupe sud-américain Synergy qui détient la compagnie colombienne Avianca. Synergy était prêt à couvrir le passif de la TAP, estimé à 1,5 milliard d'euros, et à verser 35 millions d'euros à l'Etat portugais, mais n'a pas fourni les garanties bancaires nécessaires à la conclusion de l'opération. Le Premier ministre portugais, Pedro Passos Coelho, a annoncé son intention de relancer la privatisation de TAP, le premier client d'ANA, "dès qu'il sera opportun".Le programme de privatisations prévoit en outre la vente des chantiers navals de Viana do Castelo (Nord-Ouest), de la poste (CTT), des branches santé et assurance de la banque publique Caixa geral de depositos (CGD) et de la filiale pour le fret des chemins de fer portugais (CP Carga). Le gouvernement de centre-droit souhaite également privatiser l'audiovisuel public mais n'a toujours pas précisé ses intentions concernant ce dossier très controversé en raison de l'appétit affiché par un groupe de médias, à capitaux angolais.

La vente de ces actifs doit contribuer à réduire une dette publique qui a atteint 120% du PIB. Mais le gouvernement compte également sur la vente d'ANA pour respecter ses objectifs budgétaires. Afin de ramener le déficit à 5% du PIB cette année, l'exécutif a signé un contrat de concession avec ANA pour un montant de 1,2 milliard d'euros, dont la moitié a été enregistrée dans les comptes publics de 2012. Cependant, cette opération doit recevoir l'aval de l'office statistique européen Eurostat, sans lequel l'objectif budgétaire ne pourra être atteint, a prévenu Bruxelles, dans un rapport, publié, vendredi dernier.

REFLEXIONS SUR LE BUDGET DE L'ETAT, LA DETTE




Pourquoi un État devrait-il dépendre de ses concitoyens pour obtenir son budget ?
Pourquoi les banques, elles, peuvent prêter de l'argent "virtuel" ? Ne dépendant aucunement de notre budget ?
Pourquoi ne pas faire la même chose pour l’État ?

Dans un nouveau système...

En imaginant un budget virtuel pour chaque état, proportionnel à leurs démographies respectives, on donne l'opportunité à ce dernier de nourrir et protéger décemment son peuple. Je suis pour la séparation du budget de l'état et celui du peuple, à la manière du budget des banques indépendant de nous.

Afin d'éviter des dépenses outrancières astronomiques, il serait naturel d'autoriser l'état à investir dans des constructions, rénovations, sécurité et administration ce dont il a besoin par rapport au nombre de ses citoyens concernés.

On pourrait calculer, non pas en terme de budget monétaire, mais en terme de pourcentage. Exemple : un état qui finance exactement ce dont son peuple a besoin consisterait une dépense de 1. 1 sur 1: l'équilibre parfait. Si l'état dépense moins que ce dont il a besoin, alors son rapport serait par exemple de 0,8/1. S'il dépense abusivement, dans des buildings de luxe ou autre dont personne n'a réellement besoin, alors son rapport deviendrait 1,7/1 par exemple. On leur fixerait une limite à ne pas dépasser dans un sens comme dans un autre (pas moins d'un quart en moins que ce que réclament les citoyens, pas plus d'un tiers supplémentaire qui serait néfaste à l'environnement causant de nombreuses déforestations pour les constructions, ou bien un trop gros budget militaire favorisant la répression et la guerre.

A quoi rime la dette ?

Des peuples qui remboursent des dépassements dont ils ne sont pas coupable, et qui restreint la sécurité, l'équilibre et le bon fonctionnement de leur pays. En fait, inutile de chercher, je ne vois pas de logique car tout simplement il n'y en a pas.

Ce que je propose est un système logique d'une pure évidence. D'ailleurs, ils le pratiquent déjà, mais pour les banques. Alors, qu'attendent-ils ? Est-ce là bien de la mauvaise foi que de ne pas se préoccuper des malheurs et du déséquilibre de "leur" humanité ?

Ainsi, chaque pays serait égal en budget, proportionnel par rapport à sa démographie. Et s'il y a un baby-boom, elle s'adaptera automatiquement et instantanément. Notre nombre n'est pas un problème, très loin de là, c'est le système actuel et sa gestion qui en est un. Nous ne sommes pas un problème, si nous voulons bien prendre des mesures logiques et adaptées à la surpopulation mondiale. Il y a de la place pour tout le monde, et assez de nourriture pour rassasier plusieurs planètes. Alors pourquoi des millions d'humains meurent de faim chaque jour ? Je leur poserais bien la question.

Avec ce système très simple et logique de budget proportionnel au peuple, il n'y a aucune faille possible. Essayez d'en trouver, je vous invite à y réfléchir, mais il sera impossible d'en trouver une. Cet objectif est bien centré sur nos besoins essentiels, vitaux, et obligatoires, qui sont d'entretenir une qualité de vie optimale pour tous.

Revenons-en à nos moutons...

Donc dans ma proposition de "budget proportionnel", prenons un exemple concret : un pays contient 60 millions d'habitants. Le pays aurait donc besoin d'environ 60 000 écoles primaires (tenant compte du nombre d'enfants du pays). Il faut tant de policiers, tant de logements, etc. Si le pays construit ce qu'il faut, il aura un bon rapport de 1/1. Quoi de plus naturel, simple et logique ?
De plus, le budget étant compté au pourcentage, inutile de parler d'argent ici. Donc l'état n'a strictement aucun intérêt à sous-développer son pays pour économiser !!!
Inversement, inutile d'espérer construire des Dubai partout : à la manière d'un budget économique, si l'état souhaite abuser du système et faire une proportion de 3/1, ce n'est tout bonnement pas possible. Il n'aura pas les autorisations de constructions car son peuple n'a pas besoin de tout ça. Il faut penser qu'il n'y a pas que le peuple dans la vie, il y a la PLANETE AUSSI ET SURTOUT !!!!!

Que pensez-vous de cette idée de rénovation du système et du budget de l'état ?
Moi je vais vous dire mon avis :

A la poubelle les PIB !!! Aux chiottes les impôts ! Aux oubliettes la dette ! Adieu récession ! Plus de malnutrition !! Et la misère ? Annihilation !!!

vendredi 28 décembre 2012


Voici quelque mois , j'ai écrit un billet intitulé Décolonisons l'Europe de l'Occupation Financière .. 
Il y a quelques semaines j'en ai écrit un autre intitulé : Ceci n'est pas un complot mais une stratégie . 
Je ne pensais pas avoir ce matin une démonstration aussi éclatante de la réalité de ces deux observations.
La Grèce a visiblement dans ses eaux maritimes des gisements pétroliers et gaziers d'une importance et d'une richesse exceptionnelles.
Cette nouvelle devrait faire la une de tous les journaux  et un article remarquablement détaillé a été écrit sur le sujet par F. William Engdahl en Mars 2012, journaliste américain, spécialiste des questions énergétiques et géopolitiques. 
Depuis des millénaires , les richesses d'un sous sol ou des eaux territoriales d'un pays appartiennent au pays lui-même et à son peuple . Il n'y a même pas besoin de se référer à une quelconque doctrine idéologique pour le savoir et le constater ..Ces gisements seraient visiblement totalement suffisants pour permettre à la Grèce de se désendetter . 
Foskolos déclare qu' il y aurait 22 milliards de barils de pétrole au sud de la Crète; il estime les perspectives de développement en la matière à 2016-2017, et déclare que le sud de la Crète est aussi riche que l’Iran.
Les lois édictées par la Commission européenne en 2007 , concernant la libéralisation du marché de l'énergie et la  possibilité de privatiser les entreprises publiques exploitant et distribuant ces ressources  ont permis aux  banques d'investissement américaines de s'approprier en toute impunité , en profitant d'un marché totalement déstabilisé par la soi-disant Crise des dettes souveraines Européennes , d'une partie des infrastructures européennes de transport d'énergie .. 
L'europe colonisée est en train de franchir une étape de plus , puisque la Société Noble Energy , qui n'a même pas été à l'origine des découvertes des gisements grecs  (c'est l'état grec lui même qui a fait visiblement faire ces recherches) , revendique 60% de cette future production . 
Selon un rapport de l’analyste politique Aristote Vassilakis publié en juillet 2011, l’objectif de Washington en poussant ainsi la Grèce et la Turquie à unir leurs forces sur le pétrole et le gaz réside dans le partage prévu des revenus de ces exploitations. Selon son rapport, Washington propose que la Grèce obtienne 20 % du chiffre d’affaires, la Turquie 20 % et la société états-unienne Noble Energy, société qui a déjà assuré le forage dans les eaux israéliennes et au large des cotés grecques, obtiendrait la part du lion, c’est à dire 60 % [12].
Bill, l’époux de la secrétaire d’État Hillary, est lobbyiste à Washington pour le compte de Noble Energy. [13]
Je crois qu'il n'est pas nécessaire d'ajouter beaucoup de commentaires à cet invraisemblable escroquerie dont le peuple Grec risque de se retrouver une fois de plus la victime ..sachant que récemment , l'Allemagne , par la voix du PDG de la Deutsche Bank demandait l'accélération des privatisations de services publics Européens . 
L'omerta médiatique ne devient  rien d'autre qu'une  complicité active de crimes  insensés . Je ne sais plus qui parlait de génocide financier concernant la Grèce ou l'Europe .. mais on peut désormais ajouter le terme de colonisation et d'occupation , favorisée par nos médias et bien sûr par les membres de la commission Européenne .  L'allemagne avait d'ailleurs prévu un plan de relance pour la Grèce, incluant des zones franches favorisant les investissements étrangers  avec une dérégulation totale du marché de l'emploi Grec..  : nouveaux camps de travail européens ? 

Si cette information avait été un minimum relayée par les médias , les taux d'emprunt de l'Etat Grec seraient sans doute au même niveau que ceux de la France et de l'allemagne . Les intérêts financiers prélevés sur les grecs , comme les plans d'austérité , ne sont donc que les conséquences d'une immense escroquerie , à laquelle les médias ont participé par leur silence . 
La Grèce est le pays le plus riche de toute l'Europe  !!! Ses taux d'emprunt d'état devraient être inférieurs à ceux de l'Allemagne !!!!  
La prochaine étape : ce sera une taxe perçue par les entreprises américaines sur l'air qu'on respire ??  La taxe carbone étant déjà dans leurs mains comme le montre les acteurs financiers du Carbone Disclosure Project .. qui sont :  
HSBC, JPMorgan Chase, Bank of America, Merrill Lynch, Goldman Sachs, American International Group, and State Street Corp.
Ne vous demandez d'ailleurs pas qui a intérêt à la nouvelle campagne de désinformation sur la pollution des diesels . 
Trop c'est trop .. et je pense qu'il n'est pas besoin de beaucoup de mots pour montrer que la seule priorité est de mettre fin à cette colonisation et à ce hold up  inadmissible , qui se fait de plus avec la complicité de ceux qui sont supposés servir les intérêts des européens  .. Je n'appellerais pas mon billet l'Europe des Vendus , mais je pense que ce titre serait tout à fait pertinent . 
Une information était sortie le 13 Janvier 2012 sur ces découvertes ... AUCUN MEDIA n'a trouvé jugé utile de la relayer alors qu'elle était d'une importance capitale . Ou sont les appels d'offre ?? 
Alors Oui :
J'accuse nos technocrates de brader les intérêts des Européens 
J'accuse les politiques élus de leur faciliter la tâche 
j'accuse nos médias , par leur silence indigne, de participer activement à ce dépeçage . 
Et je ne dirais pas : Bon appétit Messieurs .. !!!! MAIS plutôt , l'heure est venue de rentrer en Résistance . 
P.S. n'oubliez pas de recommander ce billet pour qu'il ait la plus large diffusion possible . Merci 

Sources 
Traduction par le réseau Voltaire : Découverte des gisements gaziers et pétrolifères Grecs 
Grèce l'espoir de l'Or noir sur word presse . http://bit.ly/Mh0j2l 
Actionnaires de Noble Energy : tous les fonds de pension Américains et des hedge funds : http://fr.finance.yahoo.com/q/mh?s=NBL
Capital World , Vanguard, Fidelity , Black Rock, Oppenheimer Funds, State street, Eagle Capital 

Car pour WikiStrike (ancienne journaliste à Mediapart)

Inde: Des ouvriers brûlent leur patron



Un millier de travailleurs d'une plantation de thé dans le nord-est de l'Inde ont brûlé leur patron et son épouse à l'intérieur de leur maison dans la nuit de mercredi.
L'incident a eu lieu après deux semaines de conflit entre les ouvriers et le patron de cette plantation de Kunapathar, dans l'État d'Assam.
Selon la police locale, les ouvriers ont incendié la résidence et deux véhicules après que le patron eut demandé à 10 travailleurs de quitter leur logement.
Les corps calcinés de Mridul Kumar Bhattacharyya et de son épouse ont été retrouvés par les policiers après l'extinction de l'incendie.
La police détient trois travailleurs qui auraient été impliqués dans l'incendie.
Une ouvrière de la plantation interrogée par une chaîne de télévision locale a déclaré que le patron « méritait d'être tué, car il nous exploitait depuis longtemps et nous torturait pour rien ».
Il y a deux ans M. Bhattacharyya a fait face à une manifestation d'ouvriers en colère dans une autre plantation.
À l'époque, les ouvriers ont allumé un feu près de l'usine. Ils alléguaient que le patron avait tiré sur des ouvriers qui protestaient devant sa maison, l'accusant d'avoir agressé une femme.
De nombreux incidents ont eu lieu ces dernières années dans les plantations de thé dans l'État d'Assam. Les 800 plantations de thé de l'État d'Assam produisent 55 % du thé en Inde.

Source: Radio-Canada

dimanche 23 décembre 2012

Joyeux Noël, Merry Christma, Feliz Navidad


L'AMOUR, UN SACRE CADEAU .★** *
˛ °_██_*。*./ \ .˛* .˛.*.★* *★ 。*
˛. (´• ̮•)*˛°*/.♫.♫\*˛.* ˛_Π_____. * ˛*
.°( . • . ) ˛°./• '♫ ' •\.˛*./______/~\*. ˛*.。˛* ˛. *。
*(...'•'.. ) *˛╬╬╬╬╬˛°.|田田 |門|╬╬╬╬ .
¯˜"*°••°*"˜¯`´¯˜"*°••°*"˜¯`­´¯˜"*°´¯˜"*°••°*"˜¯`´¯˜"*°• KISSES♥♥♥♥ »♥♥♥♥♥*¨¨*:•JOYEUX NOEL♥.•:*¨¨*:• ..**•:*¨¨*:•♥.•:*¨¨*:•♫♥♪♫✫ ✫ ✫ MERRY Christmas!!.`⋎´✫¸.•°*”˜˜”*°• ....✫......✫¸.•°*”˜˜”*°•.✫ ✫`⋎´✫¸.•°*”˜˜”*°•EXCELLENTE JOURNÉE ...✫......✫¸.•°*”˜˜”*°•.✫ ✫ `⋎´ ✫ ✫(⁀‵⁀) ✫ ✫ ✫!!..✫.TENDRES BISOUS✫ ✫ ✫Christmas!!.`♥⋎´✫¸.•°♥♥GOD BLESS YOU THANK YOU MY DEAR FRIEND WITH ALL MY LOVE♥

vendredi 21 décembre 2012

France : tes investisseurs US fichent le camp !


Voici  une nouvelle  qui ne devrait pas faire la une des journaux français … et pourtant  l’information a son importance.

Selon un sondage publié jeudi par la Chambre de commerce américaine en France  (Amcham), l’attractivité de la France pour les investisseurs américains a brutalement chuté en 2012.

En effet,seuls 22%  des  sondés  considèrent  que l’Hexagone  demeure attractif. Une   des raisons invoquées : la crise de l’euro et  l’arrivée   d’un gouvernement socialiste  suite à l’élection de François Hollande. Une  alternance politique  qui a un « impact négatif » pour 65% des décideurs interrogés.

L’étude fait  également  apparaître une nette dégradation de l’attractivité de la France,  56% des réponses de l’année  2011  mettant  en avant une bonne image de la France.  54%  des sondés estiment par ailleurs que la situation dans leur secteur s’est dégradée, contre 35% l’année précédente.

Désormais,   39% des personnes interrogées  considèrent  que leur siège implanté aux Etats-Unis a une perception négative de la France, contre 15% 
en 2011 et 9% en 2010.

Selon  les  sondés, les  décisions du nouveau gouvernement auront un impact négatif  en matière de fiscalité des entreprises pour 85%  d’entre eux et en matière de fiscalité des particuliers pour 73% d’entre  eux. Les mesures pour l’emploi n’auront aucun effet pour 63% des votes  exprimés.

Selon Marc-André Kamel, associé chez Bain et responsable de l’étude, « les responsables qui ont répondu à l’enquête sont très inquiets de l’impact des réformes annoncées, notamment celles qui alourdissent la fiscalité des entreprises et des particuliers. » L’obligation d’accepter des offres de reprise en cas de fermeture de site est également mal perçue.

Seul  point   considéré  comme positif :  les mesures de relance de la compétitivité,   et tout particulièrement  les 20 milliards d’euros de crédits d’impôts destinés aux entreprises.  73 % des investisseurs américains prévoient  en effet   que de telles  décisions  auront un impact positif ou très positif.

« Ce qui est important aujourd’hui, c’est de savoir comment la France va réagir pour mettre en valeur ses atoutsd’innovation et de compétitivité afin d’attirer à nouveau les investisseurs étrangers », tient toutefois  à préciser Marc-André Kamel.  Ce dernier  précisant que les  sondés « sont très favorables à toutes les mesures destinées à améliorer la compétitivité, et la flexibilité du marché du travail. »

Car  tout n’est  pas sombre  pour autant  puisque – fait notable – près d’un quart (24%) des  entreprises concernées  par le sondage ont augmenté leurs effectifs en 2012,  le même  type de progression  pouvant  être  enregistrée en 2013 et 2014. « Ceci est la preuve que la France a des atouts économiques qui, bien valorisés par des politiques publiques et privées, pourront être un levier important de développement économique », a tenu  à ajouter  M. Kamel.
Précisons  que cette étude annuelle a été réalisée par l’Amchan et la société Bain et Company en octobre 2012 auprès des filiales françaises d’entreprises américaines, représentant 39 000 employés et plus de 32 milliards d’euros de chiffre d’affaires.  Les chiffres obtenus  correspondent à la   synthèse de 52 de leurs décideurs.

Elisabeth Studer

jeudi 20 décembre 2012

L'Italie pourrait quitter la zone euro (Berlusconi)



L’ancien Premier ministre italien Silvio Berlusconi a prévenu que l'Italie pourrait être forcée de quitter la zone euro si la Banque centrale européenne (BCE) n'est pas dotée de moyens pour faire baisser les taux.
« Si l'Allemagne n'accepte pas que la BCE soit une vraie banque centrale, si les taux d'intérêt ne baissent pas, nous serons forcés d'abandonner l'euro et de revenir à notre propre devise afin d'être compétitifs », a indiqué M. Berlusconi.
L’homme politique a plusieurs fois abordé le sujet de la sortie de l’Italie ou de l’Allemagne de la zone euro, mais il revenait ensuite sur ses paroles.
Silvio Berlusconi est candidat à un cinquième mandat à la présidence du Conseil, à l'occasion des élections législatives prévues en février.

SMIC : un Noël, à 3 centimes, d’Ayrault !,



«Le salaire minimum augmentera de 3 centimes, l'heure, au 1er janvier, à 9,43 euros (+0,3%),...

.. soit 1430,22 euros bruts mensuels, pour 35 heures, et ses critères vont être revus pour "garantir le pouvoir d'achat" de ses bénéficiaires, a annoncé le ministère du Travail. Cette revalorisation correspond à la stricte augmentation légale, après une hausse de 2% au 1er juillet, dont un coup de pouce de 0,6%.

Au total sur l'année, le Smic aura progressé de 2,3% et "compte-tenu de l'inflation de +1,3% constatée sur l'année, cette hausse globale correspond à un gain de pouvoir d'achat de 1%" pour les 2,6 millions de salariés rémunérés au Smic, précise le ministère dans un communiqué». (Tous les grands journaux d’information)

On peut triturer les chiffres dans tous les sens, calculer tous les pourcentages de l’espoir, additionner, soustraire, multiplier : on en arrive toujours au même résultat : 3 centimes de plus à l’heure, ça n’est même pas «minable», ça devient indécent !

Une aumône ? Surtout pas ! Vous vous voyez déposer délicatement, avec votre plus beau sourire en prime (ça ne coûte qu’aux zygomatiques), trois minuscules petites pièces de cuivre dans l’escarcelle de votre SDF préféré au sortir de la messe de Minuit ? Même pas dans vos pires cauchemars, je suppose…

Un cadeau ? Que nenni ! Vous avez appris, en même temps que l’imposture consumériste du Père Noël et avec moult sanglots à l’appui, que les présents n’existaient pas pour leur valeur intrinsèque mais seulement pour l’intention humanitaire qu’ils manifestaient. OK, mais faut quand même pas pousser Papa Noël dans les aiguilles acérées du Sapin (heu, pas Michel, il semble n’y être pour rien, admettons…) !!!

Un présent symbolique ? Imaginez les braves Melchior, Balthazar et Gaspard, sur leur trente et un de pourpre incarnat, suivre, les yeux lovés sur cette Vénus cuivrée (oui hélas, comme les centimes d’euro !), la route des élus conduisant à la reconnaissance divine pour déposer devant le berceau paillé du fils de Dieu trois minuscules sesterces ne valant même pas le sixième d’un p’tit Wrap chez Mc Do ? Impensable ! Le pape protesterait énergiquement de sa plume virtuelle tremblotante sur Twitter @ Les Rois Mages en Galilée : «Consultez la liste de naissance de «Jésus dans la Crèche», vous avez le choix entre l’or, la myrrhe et l’encens mais remballez illico votre menue monnaie».

Il ne reste donc qu’une supposition : ces 3 centimes d’euros sont une provocation ! Ayrault n’en peut plus de se faire descendre sur les réseaux sociaux (dans la presse papier, c’est plus rare !), il veut qu’enfin tout soit clair et qu’on comprenne une bonne fois pour toutes que son gouvernement n’est qu’un fantoche, un polichinelle de commedia del arte, une marionnette entre les mains des banksters, bref qu’il fait ce qu’il peut mais il peut peu, et qu’on lui fiche enfin la paix : Notre Dame des Landes, Florange, ces idiots de gays qui veulent convoler en stupides noces et Depardieu, qui en rajoute une énorme couche…Non, non, pas possible, pas pensable, pas vivable, il faut qu’il se sorte de ces bourbiers sordides où on l’a fourré à l’insu de son plein gré. Il avait pas demandé ça, il voulait juste promouvoir l’Allemand au pays des Ducs de Bretagne, alors que ça s’arrête par pitié !

Alors, voilà : vous êtes Smicard, je vous offre 3 piécettes pour passer les Fêtes, vous n’allez quand même pas accepter ça, révoltez-vous, hurlez-moi dessus que je puisse passer un p’tit réveillon tranquille loin des tracasseries du pouvoir Hollandais, OK, j’attends, faites un effort, que diable ?
Non ? Rien ne vient, et surtout pas l’insurrection que j’attends ? Mais c’est pas possible, faut que je continue encore et encore, pitié ! Pourtant « Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté » je croyais que ça avait une signification ésotérique ? Ah bon, c’est pas pour moi vous dites ???
Bon, j’ai compris. Joyeux Noël, bandes d’égoïstes ! Et faites tintinnabuler vos misérables piécettes pour accompagner le parcours du traineau mythique dans la Voie lactée…

P.S. Nous revenons tout juste de notre joyeuse escapade journalière au Supermarché du coin. Les produits qualifiés de «première nécessité» portant le logo «Top Budget» et ne dépassant habituellement pas un petit euro pièce ont bondi en deux mois jusqu’à 1 euro 10, soit 10 % d’augmentation. Si l’on part du principe alimentaire selon lequel nous avons besoin de 7 d’entre eux pour notre pitance quotidienne, où sommes-nous censés trouver les 7 centimes manquants ? Sous les sabots du p’tit renne au nez rouge, vedette incontestée de la nativité revue et corrigée par Coca-Cola ?

Caroline Courson

samedi 15 décembre 2012

Fitch accorde un sursis au triple A de la France



Contrairement aux deux autres agences de notation, Fitch a choisi de maintenir encore au moins quelques mois la note maximale de la France. Elle adresse des encouragements au gouvernement mais aussi une mise en garde.

Pour l'essentiel, Fitch répète son analyse de la situation française, d'ailleurs partagée par les deux autres agences: le pays reste l'un des grands émetteurs de dette "de référence", mais la crise de la zone euro et le déclin de sa compétitivité, par rapport à l'Allemagne notamment, le pénalisent. 

Elle adresse un satisfecit au gouvernement, saluant "son engagement à mener les réformes économiques" et les mesures déjà mises en oeuvre comme le crédit d'impôt censé doper la compétitivité des entreprises, mais enjoint l'exécutif d'aller plus loin. "D'autres mesures de consolidation seront probablement nécessaires" pour rétablir les comptes publics, et davantage de "réformes structurelles" doivent être mises en oeuvre, juge Fitch.

Pour autant, l'agence considère que "les enjeux de compétitivité (sont) peut-être exagérés dans le cas de la France", alors que le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a fait de la lutte contre le décrochage des entreprises françaises l'une de ses priorités. Fitch note que les "performances macroéconomiques sont comparables à celles des autres grands pays +AAA+" et "le déficit courant actuel de 2% du PIB n'est pas excessif". 

L'agence table sur une croissance de 0,3% en France en 2013, contre une prévision gouvernementale de 0,8%, et de 1,1% en 2014, contre 2% pour l'exécutif.

Les dettes de l'Espagne et de l'Italie franchissent des records



La dette publique de l'Espagne a atteint un nouveau record historique fin septembre, à 77,4% du PIB, un niveau préoccupant du fait des taux d'intérêt élevés auxquels l'Espagne emprunte sur les marchés.

La dette du pays a augmenté de 10,7 points par rapport à la même période de l'année précédente, une hausse liée tant à l'administration centrale qu'aux 17 régions autonomes, a annoncé vendredi la Banque d'Espagne.

Le gouvernement prévoit que la dette publique atteigne 85,3% du PIB à la fin de l'année, contre 69,3% à la fin 2011, largement au-dessus de la limite fixée par le Pacte de stabilité de l'UE (60%). Cette prévision ne tient pas compte du prêt européen aux banques espagnoles, dont le premier volet de 37,5 milliards d'euros est attendu dans les prochains jours.

Si cette aide atteignait le maximum prévu (100 milliards d'euros), elle représenterait dix points supplémentaires pour la dette du pays. Le montant final devrait toutefois rester largement inférieur à ce plafond.

mercredi 5 décembre 2012

Des banques instaurent des taux d'intérêts négatifs pour les comptes de dépôt



La crise de la dette n’est pas de tout repos non plus pour les pays qui en sont épargnés. Les pays refuges comme la Suisse et le Danemark sont devenus très prisés par les investisseurs qui recherchent la sécurité pour leur argent. En conséquence, ces pays reçoivent des afflux massifs de capitaux qui ont tendance à faire monter la parité de leur devise, et qui menace à terme leur compétitivité à l’exportation. Pour s’en protéger, ils n’hésitent pas à prendre des mesures inhabituelles. 

Reuters rapporte ainsi qu’en s’alignant avec la Banque Centrale Européenne, et en réduisant de 0,25% ses taux d’intérêt directeurs, la Banque Centrale du Danemark vient de fixer un taux d’intérêt négatif pour la première fois de son histoire. 

Le taux d’emprunt de la NationalBank est ainsi passé de 0,25% à –0,20%. Les banques qui voudront laisser des dépôts auprès de la banque centrale devront donc la payer pour les conserver. « Notre principal souci est l’indexation de la couronne sur l’euro, et nous voulons donc nous assurer que l’effet sur le taux d’intérêt est ressenti », a expliqué Nils Bernstein, le gouverneur de la Banque Centrale danoise à Reuters. 

D’un autre côté, la banque suisse Credit Suisse AG. a informé ses clients qu’elle allait désormais appliquer un taux d’intérêt négatif sur les soldes positifs de certains des comptes de ses clients à partir du 10 décembre. Les devises et les comptes concernés seront communiqués dans les 5 jours, indique la notice. « En raison de la situation actuelle des marchés et après avoir examiné la situation tout au long de cette année, nous avons décidé de commencer à appliquer des taux d’intérêt négatifs sur les soldes des comptes de dépôt au-delà d’un certain seuil » , explique la notice qui a été adressée à sa clientèle. « Nous invitons nos clients à maintenir des soldes de comptes aussi faibles que possible afin d’éviter les charges d’intérêts négatives », poursuit la notice. 

Le Washington Post indique que la State Street Corp. et la Bank of New York Mellon ont également répercuté des taux d’intérêt négatifs sur les encours des comptes tenus en franc suisse ou en couronne danoise. La Royal Bank of Canada a elle aussi indiqué qu'elle allait appliquer des taux d’intérêt négatifs sur les comptes de ses clients tenus dans certaines devises.

http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/

samedi 1 décembre 2012

Zone euro: Moody's retire son triple A au Mécanisme européen de stabilité



IRIB-L'agence de notation Moody's a dégradé d'un cran vendredi le Mécanisme européen de stabilité (MES), de Aaa à Aa1, avec une perspective négative, une décision jugée "difficile à comprendre" par le patron du fonds de secours de la zone euro, l'Allemand Klaus Regling.

Le geste de Moody's est "difficile à comprendre", a réagi vendredi soir M. Regling, dans un communiqué.
"Nous sommes en désaccord avec l'approche de l'agence de notation qui ne prend pas suffisamment en compte le cadre institutionnel particulièrement solide du MES, les engagements politiques et la structure de son capital", a-t-il ajouté.
"Les 17 Etats membres de la zone euro sont pleinement engagés sur le plan politique et financier auprès du MES et du FESF et soutiennent ces deux institutions", a renchéri Jean-Claude Juncker, le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, dans ce même communiqué.